(Ex-membres du Conseil d’administration)

Cheikh Sultan Al-Qassimi

Emirats Arabes Unis

Gouverneur de Sharjah depuis 1972, Son Altesse Cheikh Sultan bin Mohammed Al-Qassimi est diplômé en génie agricole de l’Université du Caire en Egypte. Il détient deux doctorats du Royaume-Uni : l’un en histoire de l’Université d’Exeter et l’autre en géographie politique de l’Université de Durham. Membre du Conseil Suprême des Emirats Arabes Unis, il est également président de l’Université Américaine de Sharjah et président de l’Université de Sharjah. En 1971-1972, il a occupé le poste de ministre de l’Education des Emirats. Connu dans la région pour sa forte conviction quant au rôle prépondérant que jouent les arts et la culture dans le rapprochement entre le cœur et l’esprit des peuples, Son Altesse a créé, à cette fin, le Festival Culturel itinérant de Sharjah qui présente certains aspects de l’art et de la culture arabes et islamiques dans les villes du monde entier. Il a accordé une grande importance au développement de la conscience civique ainsi qu’à la promotion de la responsabilité citoyenne et la participation à la vie publique. En outre, il a favorisé la création de plusieurs organisations non gouvernementales afin de permettre les interactions sociales entre les communautés et le gouvernement. Son Altesse est l’auteur de nombre de textes scientifiques de grande importance aussi bien que de pièces de théâtre, qui ont été traduits dans plusieurs langues. Docteur honoris causa de diverses universités internationales, Cheikh Sultan bin Mohammed Al-Qassimi est titulaire de multiples décorations honorifiques. Il a été nommé président d’honneur de plusieurs organisations et associations.

Kazuo Ogoura

Japon

Kazuo Ogoura est président de la Fondation du Japon, et ancien ambassadeur au Vietnam, en Corée et en France. M. Ogoura est diplômé de la Faculté de Droit de l’Université de Tokyo, et de la Faculté d’Economie de l’Université de Cambridge. Il a ensuite joint le Ministère des affaires Etrangères où il a servi dans plusieurs postes, à savoir, directeur général du Département des Affaires Culturelles (1989-1992), directeur général du Bureau des Affaires Economiques (1995-1997), vice-ministre adjoint des Affaires Etrangères et Japonaises G7/G8 Sherpa (1995-1997). Il est également professeur invité de Politiques Internationales au Département d’Economie et d’Affaires de l’Université Aoyama Gakuin depuis 2003, et à l’Université Ritsumeikan depuis 2009. Ogoura est également l’auteur de plusieurs livres, entre autres, Pari no Shu Onrai (Enlai Zhou à Paris) (1992), Chugoku no Ishin, Nihon no Kyoji (la Dignité de la Chine, la Fireté du Japon) (2001), Yoshida Shigeru no Jimon (Shigeru Yoshida Cherche dans son Coeur) (2003) et Grobarizumu e no Hangyaku (Rébellion Contre le Globalisme) (2004).

Nicéphore Dieudonné Soglo

Bénin

Eduqué en France à l’école française d’études supérieures (l’Ecole Normale d’Administration), Nicéphore Dieudonné Soglo est diplômé en littérature française ainsi qu’en droit public et privé. Il était le Président de la République du Bénin de 1991 à 1996. Il est le premier chef d’Etat civil démocratiquement élu dans toute l’Histoire du continent africain. Président de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), il a joué un rôle majeur dans les relations internationales. Elu maire de Cotonou en 2002, il a été réélu en 2008. Dès 1963 et pendant 15 ans de carrière au Ministère des Finances du Bénin, Nicéphore D. Soglo occupait le poste du ministre de l’Economie et des Finances, devenu plus tard directeur exécutif de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), puis directeur exécutif au Conseil d’administration de la Banque Mondiale en 1979 ayant investi ses ressources en faveur de la promotion du développement économique en Afrique Subsaharienne. Aussi, a-t-il joué un rôle remarquable dans la création de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Vaira Vike-Freiberga

Lettonie

Présidente du Club de Madrid et ex-présidente de la Lettonie (1999-2007), Vaira Vike-Freiberga a contribué fermement à l’achèvement du processus d’adhésion de son pays à l’Union européenne et à l’OTAN et a été nommée envoyé spécial des Nations Unies pour la réforme. Elle est l’auteure de nombre de publications, en plus de ses nombreux engagements en tant que conférencière. Elle a servi dans 30 organisations internationales en qualité d’adhérente, du membre du Conseil d’administration et du parrain. Parmi ces organisations, figurent World Leadership Alliance, le Conseil d’administration du centre international Nizami Ganjavi (co-présidente), le Conseil européen des relations internationales (ECFR), aussi bien que cinq académies. En 2011-2012, elle a présidé le Groupe de Haut Niveau pour la Liberté et le Pluralisme des Médias. En 2015, elle a été membre de deux Groupes de Haut Niveau pour la Sécurité et la Défense Européennes. En outre, elle est membre d’une Commission Indépendante de Conseillers de Haut Niveau, affiliée au Conseil économique et social des Nations Unies, pour le processus de dialogue des Nations Unies pour le développement.

Mehriban Aliyeva

Azerbaïdjan

Première dame d’Azerbaïdjan, médecin de formation et Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO et l’ISESCO, Mehriban Aliyeva a reçu en 2005 le grade académique de candidate en philosophie. Membre du Conseil politique du Nouveau Parti d’Azerbaïdjan dès 2004, Mehriban Aliyeva préside la Fondation Heydar Aliyev établie en mai 2004, ayant pour mission d’étudier et de documenter le riche patrimoine de Heydar Aliyev, chef national de l’Azerbaïdjan. Désignée Ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation Islamique Internationale pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) en 2006, Mehriban Aliyeva a été nommée en 2004 Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour les traditions orales et musicales. Elle a été élue membre du comité exécutif du Comité National Olympique de la République d’Azerbaïdjan lors de la tenue de sa 4e Assemblée générale en 2004 et Présidente de la Fédération Azerbaïdjanaise de Gymnastique en 2002. Ayant fondé et présidé la fondation « Les Amis de la Culture d’Azerbaïdjan » en 1995, elle a lancé en 1996 le magazine Azerbaidjan-Irs publié dans les trios langues : azéri, anglais et russe ; et ce pour contribuer à la promotion de la culture de son pays. Décorée Officier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur par le Président de la République française en 2010 et Chevalier de la Croix de Rubis de la fondation caritative internationale « Les Patrons du Siècle » pour son travail philanthropique en 2005, Mehriban Aliyeva est titulaire de plusieurs decorations honorifiques, entre autres : la Grand-Croix du Commandeur de l’Ordre du Mérite de la République de Pologne (2009) ; le Prix Heydar Aliyev (2009) ; le Prix de l’Organisation Mondiale de la Santé (2007) ; et le Prix International Golden Heart (2007).

Rahma Bourqia

Maroc

Présidente de l’Université Hassan II Mohammédia, Rahma Bourqia est la première femme qui soit nommée à la tête d’une université au Maroc. Spécialiste des droits de la femme au Maroc et dans le Monde arabe, elle est détentrice d’un doctorat en sociologie de l’Université de Manchester. Première femme membre de l’Académie du Royaume du Maroc, elle est professeure invitée à nombre d’universités américaines, européennes et arabes. Membre du comité créé pour étudier le statut de la femme au Maroc, Rahma Bourqia a contribué à l’adoption du nouveau Code de la Famille « La Moudawana » en 2003, reconnaissant ainsi l’égalité entre les hommes et les femmes. Auteur de nombreux ouvrages et articles traitant du Maroc en tant qu’Etat, de la culture et l’Histoire marocaines, des femmes et des jeunes, Rahma Bourqia est titulaire de la Bourse Fulbright de la Commission Maroco Américaine (1991). Membre de plusieurs comités et conseils d’administration, elle est aussi lauréate de nombreux prix, parmi lesquels : la Décoration Royale du Trône (2006) ; le Prix du Moyen-Orient du Conseil de la Population du Bureau Régional pour l’Afrique du Nord et l’Asie de l’Est (1990) ; le prix Malcolm Kerr de la meilleure thèse de doctorat de l’Association Américaine des Etudes sur le Moyen-Orient (1988).

Hisham El-Sherif

Egypte

L’un des experts les plus éminents dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) en Egypte, au Moyen-Orient et dans les Pays en voie de développement, Hisham El-Sherif a joué un rôle important dans l’orientation de l’Egypte et du Monde arabe vers l’ère de l’information. Titulaire d’un doctorat en gestion et ingénierie de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), Hisham El-Sherif est le Président-directeur général de l’entreprise IT Investments et le Président-fondateur de Nile Online. Professeur à l’Université Américaine du Caire dès 1991, il est membre de la Commission de l’Infrastructure Mondiale de l’Information (GIIC) à Washington. Ayant cofondé le Centre d’Information et d’Appui des Décisions (IDSC) en 1985, dont il a présidé le Conseil consultatif jusqu’à 1999, il a également servi en qualité de : Président du Conseil consultatif du Musée Egyptien ; Président d’Internet Society d’Egypte ; Président de l’Initiative des Enfants Ayant des Besoins Spéciaux ; Membre du Conseil Présidentiel Egypto-Américain. De renom international, Hisham El-Sherif est détenteur du titre de Chevalier lui étant décerné en 1991 par le Gouvernement français ; et est lauréat de maints prix prestigieux, entre autres : la Médaille des Sciences et des Arts de Premier Ordre du Gouvernement égyptien (1999) ; le 1er Prix Mondial des Systèmes d’Information de SIM (1998).

Federico Mayor Zaragoza

Espagne

Politicien et savant espagnol, Federico Mayor Zaragoza est à présent le Président de la Fondation Culture de la paix qu’il a fondée en 1999. Professeur de biochimie et de biologie moléculaire dès 1963, il a été également Recteur de l’Université de Grenade (1968-1971). En 2005, le Secrétaire général de l’ONU l’a nommé co-Président du Groupe de Haut Niveau pour l’Alliance des Civilisations, poste qu’il a occupé jusqu’en novembre 2006, l’année où le groupe a présenté son rapport final à Istanbul. Il a occupé nombre de postes importants, entre autres : Directeur général de l’UNESCO (1987-1999) ; Membre du Parlement Européen (1987) ; Ministre de l’Education et de la Science (1981-1982) et Directeur général adjoint de l’UNESCO (1978). Outre ses maints ouvrages scientifiques, il a publié nombre de recueils de poésie et plusieurs essais.

Nina V. Fedoroff

Etats-Unis

Eminente généticienne et biologiste moléculaire, Nina Fedoroff est Professeure de la chaire Willaman en Sciences de la Vie et celle d’Evan Pugh en Biologie aux Instituts Huck des Sciences de la Vie de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. Elle est membre de maintes associations et institutions scientifiques, entre autres : l’Académie Nationale des Sciences, l’Académie Américaine des Arts et des Sciences, l’Académie Européenne des Sciences. Nina Fedoroff est détentrice de nombre de prix et titres honorifiques, parmi lesquels : la Médaille Nationale des Sciences (2006) et le prix de l’Académie des Sciences de New York pour la femme scientifique contemporaine remarquable (1992). Elle est actuellement membre du comité scientifique de pilotage de l’Institut de Santa Fe et membre du Conseil d’administration de la Compagnie Sigma-Aldrich pour la production chimique.

Hans van Ginkel

Pays-Bas

Hans van Ginkel était recteur d’Université d’Utrecht de 1986 à 1997, et d’Université des Nations Unies ainsi que Secrétaire général adjoint des Nations Unies à Tokyo de 1997 à 2007. Professeur honoraire de géographie humaine et de planification à la Faculté des Sciences Géographiques de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas, Hans Van Ginkel est président du Conseil d’administration du Centre allemand de recherche sur le développement (ZEF) à Bonn (Allemagne), du Conseil consultatif de l’Institut d’Etudes Sociales (ISS) de La Haye, membre du Conseil consultatif international de l’Ecole supérieure du développement durable à l’Université de Kyoto, et membre du Conseil consultatif de la BA. il a travaillé individuellement et pour le compte des Nations Unies sur des initiatives concernant l’enseignement supérieur, le développement humain durable et l’avenir urbain durable. Il est également membre de l’Academia Europea, fellow de l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement (TWAS), et ex-membre du Conseil des sciences sociales de l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences (KNAW). Détenteur de 5 doctorats honoris causa, Hans van Ginkel est titulaire du titre de Chevalier de l’Ordre du Lion Néerlandais depuis 1994, ainsi que de l’Ordre du Soleil Levant, Grand Cordon du Japon, en 2007. Il a reçu la Médaille de la Chambre de Commerce d’Utrecht en 1993, et la Médaille d’or de la ville d’Utrecht en 1997 ; et ce pour sa contribution à la préparation du plan d’infrastructure physique de la partie centrale des Pays-Bas.

Mohamed H.A. Hassan

Soudan

Président de l’InterAcademy Partnership (IAP), Mohamed Hag Ali Hassan est également président du Conseil de l’Université des Nations Unies, et l’Académie Nationale des Sciences de Soudan. Il a siégé au nombre de conseils d’administrations d’organisations internationales, dont la BA, Egypte ; le forum de Science et Technologie dans la Société (STS), Japon ; le Programme International de Science, Suède ; Groupe pour l’initiative scientifique, Etats-Unis ; et le Conseil consultatif international du Centre pour le développement international, Allemagne. Après avoir détenu son doctorat de l’Université d’Oxford, il est retourné à Soudan où il est devenu professeur à l’Université de Khartoum, et plus tard, il a été nommé doyen de la Faculté des Sciences mathématiques. Professeur Hassan possède une longue liste de publications dans les domaines de physique théorique des plasmas, de l’énergie de fusion, ainsi que des physiques de l’érosion éolienne, du transport et du soulèvement de poussière et du sable dans les terres arides. Il a également publié nombre d’articles sur la science et la technologie dans les Pays en voie de développement. En outre, il a été directeur exécutif fondateur de TWAS (l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement), ancien président de l’Académie Africaine des Sciences (AAS), et président du Conseil consultatif présidentiel honoraire pour la science et la technologie, Niger. Il détient nombre de distinctions et de titres honorifiques, à savoir : Comendator, Grand-croix, Ordre national du Mérite scientifique (Brésil), et il a été décoré Officier de l’Ordre du Mérite de la République italienne. Mohamed Hassan est membre de maintes académies honoraires de science, dont TWAS, l’Académie Africaine des Sciences, l’Académie des Sciences du Monde Islamique, Academia Colombiana de Ciencias Exactas, Físicas y Naturales; l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer (Belgique), l’Académie des Sciences de Pakistan, de Liban, de Cuba et de l’Afrique du Sud

Bruno Racine

France

Haut fonctionnaire et écrivain français, Bruno Racine est devenu président de la Bibliothèque nationale de France (BnF) en avril 2007, poste qu’il a occupé jusqu’en avril 2016. Il a également occupé maints postes de responsabilités dans les domaines culturel et diplomatique, entre autres : directeur de l’Académie de France à Rome, Président du Centre National d’Art et de Culture Georges-Pompidou, directeur général des Affaires Culturelles de la Ville de Paris et chargé de mission auprès du ministre des Affaires Etrangères puis Premier ministre Alain Juppé. Bruno Racine a rejoint le Service des Affaires Stratégiques et du Désarmement affilié au Ministère des Relations Extérieures, avant de travailler au cabinet du Premier ministre Jacques Chirac en qualité de chargé de mission.

Fayza Aboul Naga

Egypte

Titulaire d’un diplôme en administration publique de l’Institut International de l’Administration Publique de Paris (1977), Fayza Aboul Naga détient également une maîtrise en sciences politiques de l’Université de Genève (1989). Première femme à être désignée ministre d’Etat pour les Affaires Etrangères et la Coopération Internationale en Egypte et le Monde arabe en 2001, elle a été nommée ministre égyptienne de la Coopération Internationale en 2004. Depuis novembre 2014, Fayza Aboul Naga occupe le poste de conseillère du Président de la République pour les affaires de sécurité nationale. Avant de n’adhérer au cabinet des ministres, Fayza Aboul Naga a servi en qualité de : représentante permanente de l’Egypte auprès de l’ONU à Genève (1999-2001), vice-ministre adjointe des Affaires Etrangères chargée des questions africaines (1997-1999), conseillère politique et assistante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Dr Boutros Boutros Ghali (1992-1996). Membre de nombreux comités ministériels polarisés sur l’élaboration de politiques, Fayza Aboul Naga est aussi membre du Comité consultatif de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

Bruce Alberts

Etats-Unis

Bruce Alberts a servi en tant que rédacteur en chef de Science Magazine (2008–2013). Il a été l’un des 3 premiers envoyés de sciences nommés par le président Obama. De 2000 à 2009, il a co-présidé l’InterAcademy Council (IAC) à Amsterdam, organisation gérée par les présidents de 15 académies de sciences nationales œuvrant pour véhiculer le conseil scientifique à travers le monde. Il détient la Chaire de Leadership de Chancelier en Biochimie et Biophysique pour la science et l’éducation à l’Université de Californie à San Francisco, après avoir occupé, pour deux mandats de six années, le poste du Président de l’Académie Nationale des Sciences (NAS) à Washington. Dr Alberts est connu pour être l’un des auteurs originaux de la Biologie moléculaire de la cellule, ouvrage prééminent dans le domaine, disponible aujourd’hui dans sa 6e édition. Alberts détient maintes distinctions et prix, dont 16 titres honorifiques, et le président Barack Obama l’a décoré de la Médaille nationale des sciences des Etats-Unis en 2014. Il siège actuellement aux Conseils consultatifs de plus de 20 institutions à but non lucratif, dont la Fondation Gordon et Betty Moore et le Partenariat de Recherche Stratégique sur l’Education.

Hossam Badrawi

Egypte

Renommé en qualité de politicien aussi bien qu’éminent médecin égyptien, Hossam Badrawi est professeur de gynécologie et obstétrique à la Faculté de Médecine de l’Université du Caire. Il est l’un des innovateurs dans le secteur privé des soins médicaux ; et ce grâce à sa vision factuelle et globale des questions se rapportant autant à leur assurance qu’à leur financement et leur gestion. Hossam Badrawi préside la Fondation Badrawi pour l’Education et le Développement, une fondation de famille à but non lucratif œuvrant pour le développement humain en Egypte ; et est l’initiateur et le Président honoraire du Conseil National Egyptien pour la Compétitivité. Servant à présent dans de nombreux conseils d’institutions et d’organisations à but non lucratif, Hossam Badrawi a présidé le Réseau Parlementaire sur la Banque Mondiale (RPsBM) pour la région MENA (2003-2006). Il a également présidé la commission parlementaire égyptienne qui a établi la loi relative à la fondation de la Bibliotheca Alexandrina, Loi n° 1 pour l’année 2001. Détenteur d’un doctorat honoris causa en sciences qui lui a été décerné de l’Université de Sunderland du Royaume-Uni en 2008 et nommé membre titulaire de l’Université Métropolitaine de Cardiff, pour son action remarquable en faveur de la réforme de l’enseignement supérieur au Moyen-Orient, Hossam Badrawi est l’un des meneurs de la réforme de l’enseignement en Egypte. Hossam Badrawi était membre du Conseil d’administration de la BA de 2008 à 2012.

Walter Fust

Suisse

Président de Globethics.net dès 2008, Walter Fust siège à la tête du Conseil d’administration du Global Crop Z Trust et de la Fondation d’Innovation Africaine. Il est membre du Comité des Nations Unies des experts de l’administration publique (CEPA) et du Conseil d’administration de maintes fondations philanthropiques. Il a rejoint le service diplomatique suisse en 1975. Il a occupé maints postes, dont Président-directeur général du Forum Humanitaire Mondial à Genève (2008-2010) ; Président du Programme International pour le Développement de la Communication de l’UNESCO (2008-2010) ; membre consultatif du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) (2005-2007) ; membre du Forum international des Fédérations à Ottawa ; du Conseil international pour la Gouvernance des Risques (IRGC) à Genève ; président de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) (1993-2008) et Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur (1990-1993). Diplômé d’un master en sciences politiques de l’Université Saint-Gall, Fust a reçu nombre de distinctions et de prix internationaux.

Prince El-Hassan bin Talal

Jordanie

Adepte du pluralisme des sociétés, de la recherche du consensus et du respect d’autrui, Son Altesse Royale El-Hassan Bin Talal croit fort en l’urgence de fonder des sociétés garantissant aux citoyens le droit à la vie et au travail en toute liberté et dignité. Fondateur, initiateur et activement engagé dans nombre d’instituts et de comités aussi bien jordaniens qu’internationaux, S.A.R. Prince El-Hassan Bin Talal est membre fondateur du Parlement des Cultures créé à Istanbul en juillet 2002. Il travaille à présent avec des organisations non gouvernementales américaines sur un programme intitulé « Partenaires pour l’Humanité » visant autant à promouvoir l’entente et la compréhension entre le Monde musulman et les Etats-Unis qu’à établir de bonnes relations entre les deux parties ; et ce sur son appel humanitaire pour la sensibilisation et la culture. Auteur de sept livres, Son Altesse Royale Prince El-Hassan Bin Talal vient de donner son approbation pour présider le Conseil.

Michael Keller

Etats-Unis

Michael Keller occupe le poste du Bibliothécaire en chef de l’Université de Stanford et celui du directeur des Ressources des Informations Académiques. Fondateur de HighWire Press et éditeur de Stanford University Press, il est également Professeur invité à l’Académie des Sciences de Chine et fellow présidentiel senior du Conseil des Bibliothèques et Ressources d’Information. Après avoir siégé aux deux comités du Conseil national des recherches, Michael Keller est membre du Comité sur l’intégrité de la recherche du même Conseil et de l’Académie Nationale des Sciences. Il est co-fondateur et ancien co-président de Preservation and Archiving Special Interest Group, conjointement parrainé et géré par Sun Microsystems et l’Université de Stanford, de 2007 à 2012. Il a présidé le Conseil consultatif externe de la Bibliothèque de recherche, Laboratoire national de Los Alamos, et il a siégé à la tête du Comité consultatif de la Fédération des Bibliothèques Numériques. Elu membre à vie de l’Association américaine pour l’avancement des sciences et de l’Académie Américaine des Arts et des Sciences, Michael Keller préside actuellement le consortium du Cadre international d’interopérabilité d’images. Il est chanoine de Sarum et détenteur de l’Ordre de la Croix de Terra Mariana de la République d’Estonie. Il a servi en tant que conseiller auprès de nombre d’institutions et d’entreprises, et il a donné des présentations reflétant ses connaissances en matière des bibliothèques de recherche, de l’informatique, de l’édition au 21e siècle, et du soutien à la recherche et à l’enseignement dans l’ère de l’information. Il a rejoint nombre de comités à but lucratif et non lucratif aux Etats-Unis et de par le monde, dont alma mater, Hamilton College, où Keller a obtenu son diplôme en 1967. En outre, il a obtenu un master en 1970 et une maîtrise en bibliothéconomie MLS en 1972, de l’Université d’Etat de New York.

Gunnar Stålsett

Norvège

Président du comité du Prix de la paix Niwano et évêque émérite d’Oslo, Gunnar Stålsett est actuellement membre du comité exécutif de la Conférence Mondialedes Religions pour la Paix et co-modérateur du Conseil Européen des Responsables Religieux qui lui est affilié. Stålsett est à présent membre du comité consultatif international du programme des Nations Unies SIDA 2031 et du comitédu Dialogue entre l’Islam et l’Occident associé au Forum Economique Mondial. Il a occupé plusieurs postes considérables, entre autres : Secrétaire d’Etat auprès du Ministère de la Culture et des Affaires Religieuses (1972-1973), Président du Centre Party (1977-1979), député au Parlement de la Norvège et membre du conseil de laville d’Oslo. Ex-vice-Président du Comité Nobel pour la Paix, Stålsett sert en qualité d’envoyé spécial de la Norvège chargé de la réconciliation nationale à Timor Oriental.

Adel El-Beltagy

Egypte

Président de la Commission Internationale du Développement des Zones Arides (IDDC), Adel El-Beltagy est professeur à l’Institut d’Etudes Supérieures et de Recherche pour l’Agriculture dans les Zones Arides, affilié à l’Université d’Aïn Chams en Egypte. Il est également membre du Conseil d’administration de l’Académie des Sciences pour les Pays en Développement (TWAS) ainsi que du comité technique consultatif de la Commission sur la Science et la Technologie pour un Développement Durable dans le Sud (COMSATS). Ancien ministre de l’Agriculture et de la Réclamation des Terres Agricoles, El-Beltagy préside le Conseil de direction du Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM). Il a siégé en qualité de vice-président/membre du Conseil du Global Crop Diversity Trust (GCDT) de 2007 à 2011 ; membre du Comité directeur du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (CGIAR) de 2007 à 2008 et membre du Conseil du même groupe de 2006 à 2011 ; président du Forum Mondial de la Recherche Agricole (GFAR) de 2006 à 2010 ; membre du Comité suprême de la FAO pour la mise en œuvre des objectifs du millénaire des Nations Unies de 2006 à 2011 et membre du Conseil de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire des Nations Unies de 2004 à 2005 ; directeur général du Centre International de Recherche Agricole dans les Zones Arides (ICARDA) ; membre étranger des académies nationales des sciences de Kazakhstan, Azerbaïdjan, Tadjikistan, Kirghizistan, Géorgie et Russie ; président du Conseil scientifique/technique de l’Observatoire du Sahara et du Sahel de 1993 à 2002. Titulaire de plusieurs décorations et distinctions honorifiques, Adel El-Beltagy est l'auteur et le co-auteur de plus de 180 publications scientifiques.

Susan Greenfield

Royaume-Uni

Détentrice de l’Ordre de l’Empire britannique et fellow du Collège royal des médecins, la baronne Susan Greenfield est chercheuse scientifique, auteure et présentatrice siégeant à Oxford. Elle a servi en qualité de chercheuse au Département de Physiologie, Oxford, au Collège de France, Paris et au Centre médical de l’Université de New York, New York. Depuis lors, elle a reçu 32 distinctions honorifiques des universités britanniques et internationales. En 2000, elle a été élue fellow honoraire du Collège royal des médecins. Parmi les décorations internationales qui lui ont été décernées, figurent Golden Plate Award (2003) de l’Academy of Achievement, Washington ; l’Ordre National de la Légion d’Honneur (2003), par le gouvernement français et la Médaille de la Société Australienne de Recherche Médicale. Chercheuse principale au College Lincoln de l’Université d’Oxford, Susan Greenfield a été professeur invité à la Faculté de Médecine de l’Université de Melbourne, Australie, pour le mois du novembre de 2014 et 2015, et elle continue à l’être en 2016. Elle est fondatrice et directrice exécutive d’une société de biotechnologie (www.neuro-bio.com), qui développe un nouveau médicament anti-Alzheimer basé sur ses recherches, qui explorent nouveaux mécanismes cérébraux liés à la dégénérescence du système nerveux (neuro-dégénérescence).

Vartan Gregorian

Iran/Etats-Unis

Vartan Gregorian est le Président de la Carnegie Corporation de New York, une institution philanthropique fondée en 1911 par Andrew Carnegie. Ex-Président de l’Université de Brown et ex-Président de la Bibliothèque Publique de New York, il était doyen fondateur de la Faculté des Arts et des Sciences de l’Université de Pennsylvanie, dont il devenait doyen principal. Détenteur de nombreux prix, fellowships et titres honorifiques, Vartan Gregorian s’est vu décorer des gouvernements italien, français, portugais et autrichien. Il est l’auteur de The Emergence of Modern Afghanistan, The Road to Home: My Life and Time et Islam: A Mosaic, Not a Monolith.

Mounir Neamatalla

Egypte

Mounir Neamatalla est le Président fondateur de l’Environemental Quality International (EQI), une entreprise de consultation privée fondée en 1981 s’organisant autour de trois axes de travail : politique et gouvernance, environnement et ressources naturelles, développement d’entreprises. La mission de l’EQI consiste à la contribution à la croissance et au développement aussi bien de l’Afrique que du Moyen-Orient ; et ce par l’assurance d’une amélioration durable en ce qui concerne les conditions de vie propres aux populations de la région. Les services de l’EQI sont dirigés vers la promotion du développement économique et social, prenant en considération le respect des ressources naturelles de la région et la préservation de son riche patrimoine culturel. Diplômé en 1970 et détenteur d’une maîtrise en génie chimique en 1971 de l’Université de Wisconsin (Madison), Mounir Neamatalla détient un doctorat en santé environnementale et gestion de la qualité en 1976 de l’Université de Columbia.

Lourdes Arizpe

Mexique

Titulaire d’un master en anthropologie de l’Ecole Nationale d’Anthropologieet d’Histoire du Mexique (1970) ainsi que d’un doctorat en anthropologie sociale del’Ecole d’Economie et de Sciences Politiques de Londres (1975), Lourdes Arizpe est une socio-anthropologue qui remplit actuellement les fonctions de professeur-echercheuse au Centre Régional pour la Recherche Multidisciplinaire de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Membre du Comité des Politiques du Développement du Conseil Economique et Social des Nations Unies, Lourdes Arizpe est coordinatrice du Comité de la Planification de la Recherche et Présidente du Conseil d’administration de l’Institut de Recherche des Nations Unies pour le Développement Social depuis 2006. Ayant occupé maints postes considérables sur le plan international, Lourdes Arizpeest détentrice d’un nombre important de distinctions honorifiques. Auteur de huit livres de recherche, elle est également membre des comités de rédaction de septpériodiques professionnels publiés en Colombie, au Mexique, au Royaume-Uniet aux Etats-Unis. L’Association Américaine d’Anthropologie attribue aux anthropologues unprix portant le nom de Lourdes Arizpe pour leurs contributions marquantes enmatière d’anthropologie et de questions environnementales. Membre du Conseil d’administration de la Bibliotheca Alexandrina (2005-2010), Lourdes Arizpe est devenue membre de son Conseil consultatif en 2011.

Julia Marton-Lefèvre

Hongrie/France/Etats-Unis

Membre de maints conseils d’administration œuvrant dans les domaines de l’environnement, du développement, de l’éducation et de la bonne gouvernance, Julia Marton- Lefèvre préside le Comité exécutif du Prix Tyler pour les réalisations environnementales, ainsi que le Conseil consultatif du Partenariat de la biosphère durable. Parmi les Conseils d’administration auxquels elle siège figurent l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève, l’école James Martin de l’Université d’Oxford, the Global Institute of Sustainability (l’Université d’Etat de l’Arizona), Fondation Prince Albert II de Monaco, Bioversity International, l’Institut du Bassin du Turkan et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Ex-directrice générale de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), Julia Marton-Lefèvre est également l’ex-rectrice de l’Université pour la Paix affiliée aux Nations Unies et l’ex-directrice exécutive de LEAD International et du Conseil International pour la Science. Nommée Chevalière de la Légion d’Honneur de la France et de l’Ordre de Saint-Charles de Monaco, Julia Marton-Lefèvre a reçu des prix de la Hongrie et la République de Corée. Elle est Edward P. Bass Distinguished Visiting Environmental Scholar (spécialiste des questions environnementales du programme Edward P. Bass) à l’Université de Yale et membre de l’Académie mondiale des Arts et des Sciences et du Conseil pour l’Avenir du Monde.

Mamphela Ramphele

Afrique du Sud

Mamphela Ramphele, universitaire, femme d’affaires, médecin, et ancienne militante anti-apartheid. Elle détient un doctorat en anthropologie sociale de l’Université du Cap, un diplôme en gestion des entreprises de l’Université d’Afrique du Sud, et des diplômes en hygiène et médecine tropicales et santé publique de l’Université de Witwatersrand. Mamphela Ramphele est la présidente exécutive de Letsema Circle, une entreprise du Cap qui propose des services de conseil en transformation aux secteurs public et privé, siégeant au Cap. Elle est la présidente des coordinateurs de Dinokeng Scenarios qui ont animé les débats nationaux sur l’avenir de l’Afrique du Sud, lancés en mai 2009. Elle préside une agence pour la technologie et l’innovation qui a été récemment créée dans le but de stimuler l’utilisation de la technologie pour relever les défis socio-économiques et favoriser une croissance économique durable. Elle a servi en qualité d’ex-directrice générale de la Banque Mondiale (2000-2004). Co-présidente de la Commission Globale sur les Migrations Internationales (GCIM), Mamphela Ramphele est nommée vice-présidente de l’Université du Cap en 1996, elle est la première sud-africaine à occuper un tel poste. Elle a rejoint l’Université en tant que chercheuse en 1986, et en a été nommée vice-présidente adjointe cinq ans plus tard. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages importants traitant des problèmes socio-économiques en Afrique du Sud. Elle est titulaire de nombre de distinctions et de prix prestigieux, à l’échelle nationale et internationale, ainsi que de plusieurs doctorats honoris causa. Membre du Conseil d’administration de la Bibliotheca Alexandrina de 2004 à 2009, Mamphela Ramphele est devenue membre de son Conseil consultative en 2010.

Ghassan Salamé

Liban

Ex-ministre libanais de la Culture (2000-2003) et ex-conseiller principal du Secrétaire général des Nations Unies (2003-2006), Ghassan Salamé est Professeur de relations internationales à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Détenteur de deux doctorats en littérature (1975) et en sciences politiques (1978), il a été nommé Président et porte-parole du comité d’organisation du Sommet Arabe et du Sommet Francophone de Beyrouth (2002). Il est membre des conseils d’administration de l’International Crisis Group à Bruxelles, de l’Académie Internationale de la Paix et d’autres institutions à but non lucratif. Ghassan Salamé est l’auteur-éditeur d’une douzaine d’ouvrages, parmi lesquels : Democracy without Democrats, The Foundations of the Arab State et The Politics of Arab Integration.

Martti Ahtisaari

Finlande

Ancien Président de la Finlande (1994-2000) et lauréat du Prix Nobel de la paix,Martti Oiva Kalevi Ahtisaari est diplomate et médiateur des Nations Unies diplômé de l’Université d’Oulu en Finlande (1959).Avant de quitter ses fonctions, il a fondé l’Initiative de Gestion de Crises (CMI) et en préside le Conseil d’administration jusqu’à nos jours. Tout au long de 30 années, il a travaillé pour le compte des Nations Unies sur les causes les plus variées telles celles de la Namibie, l’Iraq, la Corne de l’Afrique et le Kosovo. Lauréat du prix Nobel de la paix en octobre 2008, il a reçu la même année un titre honorifique de l’University College de Londres, après avoir remporté le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la paix de l’UNESCO en 2007 et le Prix J. William Fulbright pour la compréhension Internationale, qui lui a été attribué en reconnaissance de ses efforts de rétablissement de la paix dans certaines des régions les plus tourmentées au monde en 2000. Membre fondateur du Conseil d’administration de la Bibliotheca Alexandrina (2004-2007), Martti Ahtisaari est devenu membre de son Conseil consultatif f en 2008.

Assia Bensalah Alaoui

Maroc

Ambassadrice itinérante de SE le Roi Mohamed VI, spécialiste renommée dudroit économique international et experte en sécurité alimentaire, études stratégiqueset questions méditerranéennes, Assia BenSalah Alaoui est membre de multiplesconseils d’administration d’organisations internationales ainsi que de nombreuxcomités et groupes de réflexion oeuvrant pour la paix au Proche-Orient.Professeure de droit international, Assia BenSalah Alaoui était égalementdirectrice de recherche au Centre d’Etudes Stratégiques à l’Université Mohammed Và Rabat.Elle a publié de nombreux ouvrages portant sur des sujets variés, dont :Changement climatique et sécurité alimentaire dans les pays arabes (2010)et Sécurité mondiale, crises financières et sécurité alimentaire (2009).Membre du Conseil d’administration de la Bibliotheca Alexandrina (2004-2009), Assia BenSalah Alaoui est devenue membre de son Conseil consultatifen 2010.

Kiyoshi Kurokawa

Japon

Diplômé de la Faculté de Médecine de l’Université de Tokyo, Kiyoshi Kurokawa était professeur de médecine aux Ecoles de Médecine d’UCLA et de l’Université de Tokyo. Il a occupé maints postes, dont le doyen de l’Ecole de Médecine de l’Université Tokai, le président du Conseil des Sciences du Japon, le conseiller scientifique auprès du Premier ministre japonais, un des hauts fonctionnaires de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et le président Commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de Fukushima. Il est professeur adjoint au Collège doctoral de recherche politique, président de l’Institut de santé et de politique internationale et du Fonds de technologies innovantes de la santé mondiale et aussi membre du World Dementia Council.

Michael Cernea

Roumanie/Etats-Unis

Professeur-chercheur d’anthropologie et affaires internationales à l’Université de George Washington, Michael Cernea a servi à la Banque Mondiale en qualité de conseiller principal pour les Politiques Sociales et la Sociologie le long de 20 ans aussi bien qu’au Conseil TAC/Science du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (CGIAR) (1998-2003). Professeur honoraire et Président du conseil scientifique de l’Institut de Développement Social de l’Université de Hohai (Chine), il est titulaire de maints prix scientifiques tels le prix Bronislaw Malinowski et celui de Solon N. Kimball de l’Association Anthropologique Américaine ; et ce autant pour ses applications pionnières en matière de sciences sociologiques et anthropologiques visant à concevoir les stratégies et les programmes de développement que pour son travail sur les politiques sociales. Ses publications les plus récentes sont : i>Cultural Heritage and Development: A Framework for Action in the Middle East and North Africa (2002) etResearching the Culture of AgriCulture (2006).

Jean-Noël Jeanneney

France

Professeur d’Histoire et politicien français, Jean-Noël Jeanneney enseignait l’Histoire contemporaine à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris de 1977 à 2011. Ex-Président de Radio France et Radio France Internationale, il était également nommé deux fois au poste de Secrétaire d’Etat au gouvernement de François Mitterrand. Jean-Noël Jeanneney a présidé le comité pour la célébration du bicentenaire de la Révolution française ; et occupait le poste du Président de la Bibliothèque Nationale de France (BnF) dès mars 2002 jusqu’au mois d’avril 2007. Il est l’auteur de nombreuses publications et œuvres, dont L’Histoire va-t-elle plus vite ? Variations sur un vertige en 2001 ; Clemenceau, portrait d’un homme libre en 2005 ; Quand Google défie l’Europe, plaidoyer pour un sursaut en 2005 ; la pièce de théâtre L’un de nous deux en 2009 ; Jours de guerre (1914–1918) en 2013 ; et L’Histoire, la liberté, l’action en 2013.

Roelof Rabbinge

Pays-Bas

Roelof Rabbinge est professeur émérite du développement durable et de la sécurité alimentaire à l’Université de Wageningen. Il était président de l’InterAcademy Panel pour la Sécurité Alimentaire et la Productivité Agricole en Afrique et membre du Conseil d’administration de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). Il a occupé maints postes dans les universités et les entreprises privées coopératives outre sa carrière en politique. Il est diplômé en phytopathologie, en entomologie, en écologie de la production théorique (theoretical production ecology) et en philosophie des sciences de l’Université de Wageningen. Roelof Rabbinge est nommé envoyé spécial pour la sécurité alimentaire auprès du ministère néerlandais des Affaires Economiques et celui des Affaires Etrangères.

Rhonda Roland Shearer

Etats-Unis

Rhonda Roland Shearer est une sculptrice, savante et journaliste américaine ayant promu le développement de l’édition numérique et des bourses interdisciplinaires. Co-chercheuse principale d’Astrobiology Magazine de NASA dès 2005 ; elle a été également directrice et fondatrice (avec le feu Stephen Jay Gould) du Laboratoire de Recherche sur les Arts et les Sciences à New York, dès 1996 et éditrice et rédactrice en chef du journal en ligne Media Ethics (l’Ethique des Médias) (iMediaEthics.org) dès 2004. Dans le cadre de ses travaux au Département de Psychologie de l’Université de Harvard (1998-2000), et en tant que conférencière adjointe à l’Ecole de Journalisme et de Communication de Masse à l’Université de l’Iowa (2010-2013), les recherches interdisciplinaires de Shearer ont mené à plus de 200 articles et comptes rendus, outre les conférences qu’elle a données dans les universités prestigieuses sur l’importance historique des nouvelles géométries sur l’histoire de l’art et des sciences ainsi que sur l’éthique des médias d’information. Entre 1986 et 1994, Rhonda Roland Shearer a organisé nombre d’expositions en solo à la galerie Wildenstein à New York ainsi qu’à Londres.

Ahmed Kamal Aboulmagd

Egypte

Avocat de droit constitutionnel, homme politique et spécialiste de l’Islam, Ahmed Kamal Aboulmagd est connu pour ses contributions notables à la philosophie islamique moderne. Professeur de droit à l’Université du Caire, il est également avocat pratiquant et spécialiste de droit administratif et constitutionnel. Membre de l’Académie Royale Marocaine, de l’Institut de Recherche Islamique Al-Azhar, du Conseil National des Femmes, Ahmed Kamal Aboulmagd était vice- Président du Conseil National des Droits de l’Homme en Egypte et ministre de l’Information. En 2001, il a été nommé pour co-rédiger un document approuvé par l’Assemblée générale intitulé Au-delà des Divisions portant sur le dialogue entre les civilisations. Il a écrit plusieurs livres et articles sur la philosophie du droit, le droit constitutionnel et les réformes islamiques, dont : Dialogue Not Confrontation et A Contemporary Islamic Viewpoint.

Abdelatif Al-Hamad

Koweït

Diplômé de Claremont College en 1960, Abdel-Latif Al-Hamad a fini ses études dans le domaine des affaires internationales à l’Université de Harvard en 1962. Ayant poursuivi ses études aux Etats-Unis, il a été membre de la délégation koweïtienne auprès des Nations Unies, et ce lors de sa demande d’inscription en 1962. Dès les débuts des années 1960, Abdelatif Al-Hamad a été activement engagé dans la promotion du développement économique et social, en particulier dans le Monde arabe. C’est ainsi qu’il a occupé maints postes considérables, dont le directeur de la Société de Golfe arabe et du Sud (1963–1981) ; directeur de l’Autorité d’assistance pour le Golfe et l’Arabie du Sud (1967–1981) ; président de United Bank de Koweït (1966–1981) et le directeur exécutif du Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (1972–1981). En outre, il a siégé au nombre de commissions et de conseils d’administration, entre autres : la Commission Brandt (1977–1980) ; l’Institut international pour l’environnement et le développement en qualité de vice-président (1976–1989) ; la Commission des Nations Unies pour la planification du développement en qualité de président (1982–1991) ; la Commission du Sud (1987–1989) ; et la Commission sur la gouvernance mondiale en 1992. Il a demandé récemment d’imprimer le rapport de la Commission sur la gouvernance mondiale, « Notre voisinage mondial », en langue arabe. Directeur général et président du Conseil d’administration du Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social, Abdelatif Al-Hamad est également membre du Conseil d’administration de l’Institut de planification arabe ; du Conseil consultatif des services bancaires de la Société financière internationale (la Banque Mondiale) ; de l’Autorité d’investissement du Koweït ; président du groupe de travail sur les Banques Multilatérales de Développement et membre du Conseil d’administration de BlackRock.

Hanan Ashrawi

Palestine

Législatrice palestinienne, activiste politique et chercheuse universitaire, Hanan Ashrawi est détentrice d’un diplôme et d’une maîtrise en littératurede l’Université Américaine de Beyrouth ainsi que d’un doctorat en littérature médiévale et comparée de l’Université de Virginie. Hanan Ashrawi a été nommée ministre de l’Enseignement Supérieur et de laRecherche par l’Autorité palestinienne (1996-1998) et placée à la tête du comité préparatoire de la Commission Palestinienne Indépendante pour les Droits des Citoyens à Jérusalem (1993-1995). Membre du Conseil d’administration du Parti « La Troisième Voie » du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, elle était le porte-parole officiel et membre descomités de direction/orientation et d’exécution de la délégation palestinienne dansle cadre du processus de paix au Moyen-Orient (1991-1993). Titulaire d’un nombre important de prix internationaux dans les domaines dela paix, des droits de l’Homme et de la démocratie, Hanan Ashrawi est member fondatrice du Conseil d’administration de la Bibliotheca Alexandrina jusqu’en2003 et est devenue membre de son Conseil consultatif en 2004.

Jacques Attali

France

Jacques Attali est l’un des grands commentateurs français des affaires sociales et économiques. Ce théoricien de l’économie est membre du Conseil d’Etat en France. Il est Président fondateur de PlaNet Finance, une organisation internationale à but non lucratif, ayant pour mission de faire usage de toutes les potentialités d’Internet pour vaincre la pauvreté ; et ce en recourant à la structuration du secteur de la microfinance.

Margaret Catley-Carlson

Canada

Margaret Catley-Carlson oeuvre pour le compte d’organisations appliquant la science et le savoir aux problèmes nationaux et internationaux tels : la gouvernance de l’eau douce, l’agriculture durable, la protection de l’environnement et le développement des finances. Membre du Conseil consultatif du Secrétariat général des Nations Unies pour l’Eau, Présidente du comité consultatif du Forum Mondial de l’Eau et de celui des Ressources en Eau pour Suez siégeant à Paris, Margaret Catley- Carlson a parrainé et présidé le Partenariat Mondial de l’Eau, le Conseil consultatif du Prix Mondial de l’Alimentation ainsi que le Conseil d’administration de l’Institut des Engrais. Elle était à la tête du Centre International pour l’Agriculture et les Sciences Biologiques (CABI) et du Conseil d’administration du Centre International de Recherche Agricole dans les Zones Arides (ICARDA). Ayant débuté sa carrière diplomatique au Canada, elle remplissait les fonctions de vice-ministre canadienne de la Santé et celles de directrice adjointe de l’UNICEF avec le rang de sous- Secrétaire général des Nations Unies. Présidente de l’Agence Canadienne de Développement International (CIDA) (1983-1989) et du Conseil Démographique (1991-1999), Margaret Catley-Carlson est titulaire de neuf doctorats honoris causa ; et est devenue Officier de l’Ordre du Canada en 2002.

Farouk El-Baz

Egypte/Etats-Unis

Directeur du Centre de Télédétection de l’Université de Boston, Farouk El-Baz joue un rôle majeur dans les missions Apollo de la NASA ; et ce par le choix des sites d’atterrissage lunaire et la formation des astronautes à la photographie et aux observations visuelles. Investigateur principal de la mission américano-soviétique Apollo-Soyuz (1975), Farouk El-Baz est réputé pour ses applications pionnières de la photographie spatiale à la découverte de ressources en eaux souterraines dans les régions de nature désertique. Membre de l’Académie Nationale des Ingénieurs des Etats-Unis, il a reçu de nombreux prix et distinctions, entre autres : le prix Apollo de la NASA, la Médaille du Nevada et l’Ordre du Mérite Egyptien (Première Classe).

Vigdís Finnbogadóttir

Islande

Première dame à être élue chef d’Etat constitutionnel et Présidente d’Islande (1980-1996), Vigdis Finnbogadóttir est diplômée des universités d’Islande et de Copenhague ; et a préparé des études supérieures en langue, littérature et art dramatique à l’Université de Grenoble et à la Sorbonne. Directrice artistique du Théâtre de Reykjavik (1972-1980), elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour les langues dès 1997. Porte-parole en faveur du multilinguisme, de la conservation des langues et de la diversité linguistique, Vigdis Finnbogadóttir oeuvre également pour le reboisement et la conservation du sol en Islande.

Hans-Peter Geh

Allemagne

Ex-Président de la Fédération Internationale des Associations de Bibliothécaires et d’Institutions (IFLA), Hans-Peter Geh est à présent directeur émérite de la Bibliothèque Universitaire et d’Etat de Württembergische à Stuttgart. Membre de la Commission Internationale de l’UNESCO pour la renaissance de l’ancienne Bibliothèque d’Alexandrie, Hans-Peter Geh a occupé divers postes dans des bibliothèques allemandes, des associations littéraires et des organisations internationales. Professeur invité, il a donné de nombreuses conférences dans divers pays ; et a également co-édité plusieurs périodiques nationaux et internationaux.

Tahar Ben Jelloun

Maroc/France

Ecrivain et romancier français d’origine marocaine, Tahar Ben Jelloun a écrit nombre de romans, recueils de poésie et critiques, entre autres : Solitaire, L’Enfant de sable, La Nuit sacrée (Prix Goncourt 1987) et La Nuit de l’erreur (paru en 1997). En juillet 2004, Tahar Ben Jelloun a reçu l’International IMPAC Dublin Literary Award pour son roman Cette aveuglante absence de lumière. Le Monde publie régulièrement ses articles.

Yolanda Kakabadse

Equateur

Yolanda Kakabadse a occupé le poste de ministre de l’Environnement de l’Equateur de 1998 à 2000. Elle a servi au sein de l’Unité de liaison avec les ONG pour la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (Sommet de la Terre à Rio) en 1992 ; elle a coordonné la participation des sociétés civiles au Sommet. Elle a été également présidente de l’Union Mondiale de Conservation (IUCN) de 1996 à 2004. En 1979, elle a été nommée directrice exécutive de Fundacion Natura in Quito, poste qu’elle a occupé jusqu’à 1990. En 1993, elle a fondé la Fondation de l’Avenir de l’Amérique Latine, elle y a occupé le poste du présidente exécutive jusqu’à 2007 et elle y sert actuellement en qualité de conseillère principale. Ex-présidente de WWF Global depuis janvier 2010, Yolanda Kakabadse a également présidé le Comité Scientifique et Technique Consultatif (STAP) du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), de 2005 à 2008.

Luis Monreal

Espagne

Directeur général du Trust Aga Khan pour la Culture (Genève-Suisse), Luis Monreal est spécialiste de conservation, historien d’art et archéologue. Il a occupé différents postes dans maintes institutions, entre autres : Secrétaire général du Conseil International des Musées à l’UNESCO (1974-1985), directeur de l’Institut Getty de Conservation à Los Angeles (1985-1990), directeur général de la Fondation Caixa (1990-2001). Membre de diverses missions archéologiques (Nubie, Soudan, Egypte, Maroc), il est l’auteur de nombreux travaux sur l’art et l’archéologie. Membre du Conseil d’administration de la Fondation Salvador Dali (Espagne) et membre de l’Académie Royale des Beaux-Arts (Barcelone – Espagne), Luis Monreal détient le titre du Commandeur de l’Ordre des Arts et des lettres (France) ; et s’est vu décerner la Grand-Croix d’Isabelle la Catholique (Espagne).

Adele Simmons

Etats-Unis

Adele Simmons est présidente du Partenariat Mondial pour la Philanthropie. Elle a conjugué les efforts pour élaborer les stratégies de Midwest visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Membre du groupe de travail qui a préparé et mis en œuvre Sustainable Chicago (Chicago durable) en 2015, Simmons a co-présidé le groupe de travail qui a préparé le Plan d’Action sur le Climat de Chicago en 2010. Elle a servi au Réseau d’Administration de Durabilité Urbaine qui comprend des agents de développement durable provenant de 124 villes, de par les Etats-Unis et le Canada. Elle a siégé au nombre de conseils d’administration d’organisations, entre autres : Field Museum, le Conseil de Chicago pour les affaires internationales, l’Union des scientifiques engagés, CERES, l’Institut Synergos, The American Prospect (La Perspective Américaine), la Fondation Weil, et le Fonds d’actions pour la défense de l’environnement. Elle développe GlobalGiving (Donation globale) en contribuant à renforcer l’infrastructure, qui aide les donateurs de par le monde. En outre, elle publie Global Giving Matters pour le compte de Synergos. Entre 1989 et 1999, elle a été présidente de la Fondation MacArthur. Elle a été également membre de nombre de commissions, dont la Commission du Président Bush pour le développement durable, celle de la Gouvernance globale, l’Initiative Global Redesign du Forum Economique Mondial, et le Conseil consultatif de haut niveau des Nations Unies sur le développement durable. De 1977 à 2015, elle a siégé au Conseil d’administration de Marsh et McLennan. Elle a servi en tant que présidente du Hampshire College, doyenne et aux Universités de Princeton et Tufts, et aussi membre du conseil des superviseurs (Conseil d’adminstration) de Harvard. Détentrice d’un diplôme de Harvard et d’un doctorat d’Oxford, Adele Simmons a passé des périodes de sa vie à Maurice, à Kenya et en Tunisie, où elle a servi en qualité de correspondante de « The Economist » à l’Afrique du Nord.

Wole Soyinka

Nigeria

Né en 1934 et lauréat du prix Nobel de Littérature en 1986, Wole Soyinka a touché à tous les genres littéraires variant entre le roman, le théâtre, la poésie, l’essai et l’autobiographie. Parmi ses oeuvres les plus connues Death and the King’s Horseman (théâtre), Samarkand and Other Markets I Have Known (poésie), AKE, The Years of Childhood, You Must Set Forth at Dawn (autobiographie) et Climate of Fear (collection de ses Conférences Reith 2004 de la BBC). Professeur en résidence à l’Institut Marymount de Los Angeles (Etats-Unis) et Professeur émérite à l’Université Obafemi Awolowo de l’Ile-Ife (Nigeria), Wole Soyinka est réputé pour son activité au sein de différentes organisations oeuvrant en faveur des droits de l’Homme et de la culture, y compris l’UNESCO auprès duquel il sert en qualité d’Ambassadeur de bonne volonté.

Monkombu Swaminathan

Inde

Proclamé par le Time Magazine comme l’un des vingt Asiatiques les plus influents du XXe siècle, Swaminathan avec le Mahatma Gandhi et Rabindranath Tagore sont les seuls originaires d’Inde. Spécialiste en génétique des plantes, ses contributions pour la renaissance agricole de l’Inde ont fait de lui le leader scientifique du Mouvement de la Révolution Verte. Lauréat de plusieurs distinctions et titres honorifiques tels le Prix Mondial de l’Alimentation et le Prix des Quatre Libertés de Franklin D. Roosevelt en 2000, il est également membre honoraire de la Société Royale. Il détient à présent la chaire de l’UNESCO en écotechnologie à la Fondation de Recherche M.S. Swaminathan siégeant à Chennai en Inde.

Kazuo Takahashi

Japon

Président de Liberal Arts 21 (Arts libéraux 21), Kazuo Takahashi est également le vice-président de l’Association Japonaise des Etudes de Kyosei. Il a servi en tant que professeur à la Division des Etudes Internationales de l’Université Chrétienne Internationale (Tokyo – Japon). Kazuo Takahashi était le directeur de l’Institut International du Développement de la Recherche affilié à la Fondation des Etudes Avancées sur le Développement International de Tokyo et Professeur invité à l’Université de Tokyo (Japon). Il est membre de plusieurs comités du gouvernement japonais et d’organismes internationaux tels le Groupe Consultatif International de la Banque Mondiale, la Commission Mondiale pour l’Eau au XXIe Siècle, le Ministère japonais de la Santé et du Bien-Etre, le Conseil de la Terre et le Club de Tokyo.

Leila Takla

Egypte

Première dame égyptienne à être élue Présidente du Comité des Relations Internationales affilié au Parlement égyptien, première dame arabe à être élue membre du Conseil exécutif de l’Union Interparlementaire (UIP) et première dame de par le monde à être invitée à en présider une réunion, Leila Takla est également membre de la Commission Mondiale de la Culture et du Développement. Désignée trois fois Présidente du Conseil d’administration des Programmes de Coopération Technique des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, elle préside actuellement le Comité des Affaires Internationales du Conseil National des Droits de l’Homme. Membre fondatrice des conseils d’administration du Mouvement International Suzanne Mubarak des Femmes pour la Paix, du Conseil Suprême de la Culture, du Conseil National des Femmes, Leila Takla est l’auteure de The Common Christ – Islamic Heritage, publication phare traitant du dialogue des civilisations.

Carl Tham

Suède

Ex-Ambassadeur de Suède en Allemagne (2002-2006), Carl Tham présidait le Conseil d’administration de l’Institut Suédois pour les Etudes du Futur, Stockholm (1999-2006). Ayant servi sous plusieurs gouvernements suédois, il était également directeur général de l’Agence Suédoise de Développement International pour dix ans. Membre du Groupe de Travail sur l’Enseignement Supérieur réuni par l’UNESCO et la Banque Mondiale, Carl Tham est de même co-Président de la Commission Internationale Indépendante sur le Kosovo et membre de la Commission sur la Sécurité Humaine.

Marianna V. Vardinoyannis

Grèce

Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la protection des enfants, Marianna V. Vardinoyannis est la présidente-fondatrice de la Fondation Marianna V. Vardinoyannis ainsi que celle de l’Association des Amis des Enfants Cancéreux (ELPIDA). Inspirée par la maternité, elle s’engage dans l’action humanitaire au profit des enfants et des groupes sociaux défavorisés en Grèce et à l’étranger, et œuvre en faveur des questions de la paix, de l’éducation, de la santé et du patrimoine culturel. Elle est membre du Conseil d’administration de la Bibliothèque d’Alexandrie et de nombre de fondations telles que la fondation MENTOR de lutte contre la consommation de la drogue et de la « Light from Africa Foundation ». Vardinoyannis a apporté son soutien à maintes institutions aux Etats-Unis et en Europe, et a financé la création du Centre d’Alexandrie pour les Etudes Hellénistiques affilié à la Bibliothèque d’Alexandrie. Elle appuie également les programmes d’éducation et de culture de l’UNESCO de par le monde, outre les écoles de la Grèce. Elle lutte depuis 25 ans à travers ELPIDA contre le cancer pédiatrique contribuant ainsi à la guérison de plus de 780 enfants en Grèce et en Méditerranée. Vardinoyannis est titulaire d’un MPhil en archéologie et de doctorats honoris causa en droit, en philosophie et en études humaines.

William Wulf

Etats-Unis

Président émérite de l’Académie Nationale d’Ingénierie et Professeur à l’Université de Virginie, William Wulf est le fondateur et le Président-directeur général de la société de logiciels Tartan Laboratories et le directeur adjoint de la Fondation Nationale de la Science. Professeur des sciences informatiques à l’Université Carnegie Mellon, William Wulf est fellow de l’Académie Américaine des Arts et des Sciences, fellow de l’Association Philosophique Américaine, membre éminent de l’Eta Kappa Nu, membre de l’Academia Bibliotheca Alexandrinae, membre étranger des académies de l’Australie, de la Chine, du Japon, de la Roumanie, de la Russie, de l’Espagne et du Venezuela. Membre de maints corps professionnels tels ACM, IEEE, IEC, AWIS et AAAS, il est auteur/co-auteur de trois livres et de plus d’une centaine de papiers de recherche et rapports techniques. Détenteur de deux brevets des Etats-Unis, William Wulf a encadré plus de 25 thèses de doctorat en science informatique.

A la Mémoire de
Umberto Eco

Italie

Président de l’Istituto Italiano di Studi Umanistici, Umberto Eco était également maître de conférences Weidenfeld à l’Université d’Oxford. Docteur honoris causa de nombreuses universités de par le monde, il a détenu 16 décorations et prix littéraires. Umberto Eco était l’auteur de plus de 25 romans dont Le Nom de la rose, énorme succès en livre et en film.

A la Mémoire de
Stephen Jay Gould

Etats-Unis

Membre actif du Conseil d’administration fondateur de la Bibliotheca Alexandrina, Stephen Jay Gould croyait profondément aux idéaux de la rationalité et de l’oecuménisme. Stephen Jay Gould était auteur et producteur d’idées scientifiques prolifiques, ayant défié les théories propres aux mécanismes de la vie ainsi que celles qui garantissent sa continuité. Il comptait parmi les auteurs les plus réputés en sciences ; et a fait partie des quelques scientifiques qui produisent des best-sellers sur la science ayant ciblé le grand public. Stephen Jay Gould a demeuré activement engagé dans les aspects les plus sérieux du progrès scientifique. La Science et les valeurs humanistes ont perdu un grand Homme ; et la Bibliotheca Alexandrina et son Conseil d’administration ont perdu un grand Ami. Il sera douloureusement regretté.

A la Mémoire de
Abd-El-Aziz Hegazi

Egypte

Ex-Premier ministre d’Egypte (1974-1975), vice-Premier ministre pour les Finances,l’Economie et le Commerce Extérieur (1973-1974), ministre des Finances et du Développement Managérial (1968-1973), Abd-El-Aziz Hegazi a rempli diverses fonctions le long de sa carrière professionnelle, entre autres : conférencier et maîtreassistant à l’Université du Caire (1951-1966), doyen de la Faculté du Commerceà l’Université d’Aïn Chams (1966-1968), Professeur invité à l’Université d’AïnChams, membre des conseils consultatifs de maintes universités privées, membre du Conseil d’administration du Centre Mondial d’Etudes sur l’Energie (CGES) basé à Londres, Président de forums culturels en Egypte et en Jordanie. Comptable public, auditeur et conseiller en gestion reconnu dans le pays comme dans le Monde arabe, Hegazi a présidé l’Union des Organisations Non Gouvernementales en Egypte. Il a publié nombre d’ouvrages et d’articles ; et a participé à de nombreuses conférences à l’éc

A la Mémoire de
Anne Marie Lizin

Belgique

Anne Marie Lizin est Présidente du Sénat belge et experte indépendante de la Commission des Droits de l’Homme sur les droits de l’homme et la pauvreté extreme depuis 1998. Ex-Présidente du Conseil d’administration du Fonds Volontaire pour la Coopération Technique dans le domaine des droits de l’homme (1993-1999), elle était également Présidente de la Commission des Droits de l’Homme de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe l’OSCE ; et a représenté le gouvernement belge au Sommet de l’ONU pour la Décennie des Femmes. Membre du Comité de l’ONU pour le Soutien des Femmes contre l’Apartheid, Anne Marie Lizin a aussi fait partie de la Mission Warburton qui a enquêté sur le viol des femmes dans l’ex-Yougoslavie en 1991.

A la Mémoire de
Moeen Qureshi

Pakistan

Premier ministre du Pakistan en 1993, Moeen Qureshi a initié de nombreuses réformes. Ex-vice-Président de la Société Financière Internationale (SFI) (1976-1981), ancien vice-Président senior et chef des opérations de la Banque Mondiale (1986-1991), il a été récemment le Président et l’associé gérant de l’Emerging Markets Partnership (EMP Global LLC) concerné par l’investissement des enterprises privées dans les marchés émergents. Moeen Qureshi a siégé à plusieurs conseils d’administration de maintes compagnies publiques et privées, et a servi en qualité de conseiller auprès de nombreuses institutions internationales ; et a présidé nombre de commissions et de comités internationaux traitant d’affaires publiques et universelles. Il a beaucoup écrit dans les domaines de l’économie et de la politique internationale.

A la Mémoire de
Ahmed Zewail

Egypte/Etats-Unis

Dr Zewail a reçu le prix Nobel de Chimie en 1999 pour ses recherches pionnières qui ont ouvert la voie à l’étude des réactions chimiques sur des échelles de temps extrêmement courtes, à savoir la femtoseconde (soit un millionième de milliardième de seconde). Détenteur de plusieurs titres universitaires honoris causa de par le monde, il a été titulaire de la chaire Linus Pauling de chimie, professeur de physique à Caltech (Institut de Technologie de Californie) et directeur du Centre de Biologie Physique pour la Science Ultrarapide et la Technologie. Ses travaux lui ont valu de nombreuses distinctions prestigieuses et maints ordres de mérite. Il a été membre élu de nombre d’académies et d’associations internationales, et a également servi en qualité de membre des conseils d’administration de maintes universités, institutions de recherche et corporations majeures.